Eloge de la faiblesse / Alexandre Jollien




Récit des 17 années passés en institution spécialisée pour handicapés, sous forme d'entretien entre Alexandre Jollien et Socrate.

17 années de solitude, où Alexandre enfant, quitte son environnement familial pour qu'une équipe médicale prenne en charge son handicap.

Expérience où les plus compétents, les plus à son écoute s'avéraient être ses "compagnons d'infortune", et où  paradoxalement les moins qualifiés, les plus indifférents étaient les éducateurs spécialisés, les médecins, qui passaient à côté de leur mission, en ne voyant dans leurs pensionnaires que des cas d'école.

Éducateurs, thérapeutes aux connaissances si théoriques et tant convaincus que garder sa distance avec le patient est élémentaire pour tout professionnel qui se respecte. Ces éducateurs et professeurs croisés dans ce Centre par Alexandre Jollien, n'ont pas réussi à créer une relation humaine de confiance susceptible de lui apporter un quelconque soutien.

Au contraire, les professionnels médicaux ou sociaux qu'il rencontre dans cet établissement, sont maladroits, capables même de l'encourager à faire rapidement le deuil de sa vie, cette vie qui pour être différente, ne peut qu'être ratée.

Heureusement, ses camarades d'institution, fragiles et handicapés, s'avèrent être des êtres généreux, attentifs. Ils vivent durant ces années, une amitié peu commune, entière et véritable.
Un prêtre, le Père Morand, sera un homme intelligent, philosophe, qui sera un des seuls soutiens, un des seuls amis.
Quant aux éducateurs qu'il croise, et dont il se souvient comme de vrais acteurs sociaux, ce sont des personnes sans formation, arrivées par hasard par un détour professionnel, avec un savoir faire naturel grâce à une belle personnalité, généreuse et à l'écoute ; aucune théorie, mais un savoir-être indispensable pour épauler les pensionnaires.

Dialogue avec son maître Socrate, qui refait l'histoire, et relate ces premières années dans ce cadre particulier. 
Handicapé ? Oui. Différent ? Certainement ? Mais connaître ses faiblesses et les surmonter peut amener à jouir de la vie et à goûter tous ses plaisirs en ayant pleinement conscience de sa chance.

Commentaires

Articles les plus lus cette semaine :