Géographie de l'instant / Sylvain Tesson

Géographie de l'instant / Sylvain Tesson.- Paris, Pocket, 2014, 405 p.


Ce recueil constitue un ensemble de chroniques de Sylvain Tesson parues dans le mensuel Grands Reportages où il a tenu un bloc-notes pour lequel Pierre Bigorgne, rédacteur en chef du magazine lui a laissé carte blanche.

Cette Géographie de l'instant, rassemble les papiers d'humeurs de l'auteur de 2006 à 2014.


Suivent à ces chroniques, d'autres que Sylvain Tesson a écrit pour d'autres titres : Le Figaro notamment, mais aussi La Croix ou Libération. Cette dernière partie n'ajoute pas d'intérêt au recueil, dans la mesure ou Sylvain Tesson y parle des mêmes sujets, et que le lecteur a l'impression de relire à nouveau une chronique des premières pages. Une ou deux d'entre-elles donnent d'ailleurs le sentiment d'avoir été simplement republiées.


Mais, mis à part, ce petit défaut, qui réside dans l'envie de trop en dire, et ne pas couper pour ne conserver que la crème, ce recueil est jubilatoire.


Tesson, écrivain voyageur a indéniablement un esprit critique et clairvoyant, parfois décalé qui produit de petits textes vifs, virulents, intelligents, indépendants.


Son style ne laisse pas le lecteur passif. Il est amusé, agacé ou stupéfait, mais ce que Tesson propose ne laisse pas indifférent.


Chroniques sociétales et d'humeur, Tesson a un avis et l'exprime.

Il n'est pas là pour séduire ou convaincre, mais pour affirmer son opinion, toujours tranchée et décalée, près à déranger. Mais Sylvain Tesson est un homme libre, et le cadet de ses soucis est de séduire. Pas de bienséance, simplement une vérité dans son style dynamique.

Auteur sincère et érudit, qui fait dans quasiment tous ses textes appel à la littérature qu'il aime et dont il parle avec emphase et beaucoup d'admiration de d'humour. La littérature colle à la peau de Tesson, qui ne partirait pas en voyage sans emporter de quoi se sustenter, et nous délecter par des extraits savamment choisis.


Ces textes d'humeur sont un trésor d'intelligence, d'impertinence et d'oxygène dans une littérature où les romans s'uniformisent, se standardisent, en ne laissant aucune place à l'originalité ni à la belle particularité d'un style qui marque par LA qualité supplémentaire à la simple histoire qui tient en haleine, et ne crée qu'un banal best-seller.

Tesson a lui un style bien trempé, et le verbe distant, indépendant et joyeux bien que toujours grave.
Le lire et l'"entendre" citer autant de références littéraires, est un plaisir pour le lecteur.

Après avoir refermé cette "Géographie de l'instant", l'envie d'aller découvrir les autres écrivains que Sylvain Tesson évoque avec tant de plaisir et d'admiration est vive. Sa passion du voyage, de la découverte et de la littérature sont contagieuses.

Lire Tesson est magique. Attention, l'addiction est le risque majeur de ses jolies pages que l'on referme à regret, dans l'attente de découvrir un autre de ses écrits.
Son sens critique et sa curiosité d'esprit étoffent toujours ses pensées qui interrogent nos propres convictions, pour en ébranler la profondeur ou la pertinence. Le lire et s'interroger, apprendre, faire preuve de curiosité et mettre un voile sur la passivité de notre morne société qui suit, et ne décide plus de son destin. Tesson interpelle le lecteur, l'amuse et l'interpelle sur ce qu'il veut faire de sa vie, en la reprenant vraiment en main. 


(c) Véronique Meynier, le 08/08/2015 


Commentaires

Articles les plus lus cette semaine :