Le bruit des clefs / Anne Goscinny


Le bruits des clefs / Anne Goscinny. Paris : Nil Editions, 2012, 87 p. (Les Affranchis).



Texte court, d'une lettre, qu'Anne Goscinny n'adressera jamais à son père, mort lorsqu'elle avait 9 ans.

René Goscinny, scénariste de célébres bandes dessinées telles qu'Astérix, Lucky Luke ou Le Petit Nicolas a laissé sa fille unique, et son décès a redistribué les cartes de sa vie de femme, en a modifié la trame.

Anne adulte tombe amoureuse d'hommes plus âgés qu'elle, par transfert et besoin d'être rassurée par cette image paternelle dont elle a besoin.

René Goscinny mort, Anne ne va pas avoir une vie très facile. En effet, sa mère va être atteinte d'un cancer. Cette maladie surgit après la perte du père, et Anne est seule pour affronter ces deux douleurs.

Mort très tôt, René Goscinny n'a pas le temps d'accompagner sa fille dans toutes les étapes de sa vie, de ses questionnements et ses doutes.

Ce père est plutôt une somme de souvenirs pour des fans, qu'elle préfère leur laisser pour "inventer" une image de père plus personnelle.

Inclination pour des hommes mûrs qui joueront sans le savoir le rôle de l'absent, et vie de femme épanouie et sans manque affectif qui n'iront pas de soi.

Ce texte court et introspectif est bouleversant, intime et un cri du coeur, d'une femme qui après une perte -celle de son père- a mis du temps à reconstituer une matière stable pour construire un amour réel pour un homme qui ne serait pas un palliatif à la peine enfouie en elle, qu'elle ne savait pas exprimer, mais qui refoulée l'empêchait de vivre sa vie.

Ecriture à fleur de peau, à vif, qui donne envie de découvrir d'autres écrits d'Anne Goscinny.

Citations extraites du livre sur : https://citations-auteurs.blogspot.fr/2017/06/anne-goscinny-nee-en-1968.html

(c) Véronique Meynier, le 19/06/2017

Commentaires

Articles les plus lus cette semaine :