Désorientale / Négar Djavadi


Désorientale / Négar Djavadi. Paris : Liana Levi, 08/2016, 349 p.


Fresque familiale, ce premier roman de la scénariste d'origine iranienne Négar Djavadi est riche d’émotions et d’Histoire.
Sara et Darius Sadr sont parents de trois filles : Leïli, Mina et Kimia, la cadette qui est aussi la narratrice.

Ces trois sœurs sont aimées de leurs parents.

Mais Darius est avant tout un journaliste amoureux de la liberté, et opposant au Shah d’Iran.
Sara, son épouse est exaltée par les combats que mènent son mari, dont elle partage le courage et les excès, les prises de risques.

Aussi, Darius devient activement recherché par les autorités iraniennes, par lesquelles il est proclamé ennemi public n°1.

Lui et sa famille sont en danger. Ils choisissent la France et l’exil pour sauver leur peau.

Fresque détaillée, passionnante de l’Histoire de l’Iran de 1970 aux années 2000, de l’exil, d'histoires imbriquées de femmes qui ont le même passé, la même culture, et qui de par leur personnalité, leur sensibilité habitent leur environnement d’appartenance de manière si personnelle que quasiment rien ne les relie.

Roman brillant par les portraits lumineux qu’il brosse : des femmes, des hommes qui se cherchent, doutent, s’éveillent grâce à un être ou à une cause toujours exaltante.

Joli portrait de Kimia, jeune fille homosexuelle, dont l’identité, la personnalité n’a pu éclore que grâce à l’exil, l’homosexualité en Iran étant considérée comme un crime passible de mort.

Roman teinté d’Orient, d’Iran, et d’essences, d’existences d’êtres dont la personnalité prime sur l'origine, la culture, pour n’apparaître que dans leur personnalité sans frontières.

Citations extraites du roman disponibles sur : https://citations-auteurs.blogspot.fr/2017/01/negar-djavadi-nee-en-1969-en-iran.html

© Véronique Meynier, le 07/04/2017

Commentaires

Articles les plus lus cette semaine :