Eloge de la lecture : la construction de soi / Michèle Petit


Eloge de la lecture : la construction de soi / Michèle Petit. Paris : Belin, 2016, 198 p. (Alpha).


Ce «Petit éloge de la lecture» est passionnant. Ecrit par Michèle Petit, anthropologue, dont les recherches sur la lecture, la relation aux livres et aux bibliothèques prennent ici le soin de baser son étude à la fois sur des références scientifiques, et également sur des témoignages d’adolescents qui rendent cette étude vivante, argumentée, et très concrète sur les usages et les mérites liés au livre.

Truffé de références littéraires (Roland Barthes, Alberto Manguel, Marcel Proust, Daniel Pennac), de rappels à des philosophes (Michel de Certeau), sociologues (Pierre Bourdieu, François de Singly) ou psychanalystes (Bruno Bettelheim, Mélanie Klein, Donald Winnicott), Michèle Petit donne ici une matière riche et profonde pour cette apologie du livre et de la lecture.

Cet essai sort des chemins battus pour devenir populaire, accessible, en allant à la rencontre d’adolescents, qui de tous milieux sociaux ont découvert le livre, et y ont trouvé un espace personnel où construire leur avenir.

Cette documentation basée sur une grande enquête d’élèves, d’adolescents qui n’ont pas forcément eu la chance de bénéficier de bibliothèques personnelles, mais ont profité d’occasions (visites en bibliothèque municipale) pour devenir des lecteurs, parfois voraces est exceptionnellement fournie.

Etude qui explore les expériences d’enfants de différents milieux où le Livre emprunté à la bibliothèque de quartier devient l’objet de résistance, d’émancipation et de liberté dans la mesure où il demeure l’objet lié au seul espace d’intimité, où l’enfant dispose pour la première fois d’un espace personnel, où son imagination le fait voyager, rêver sans qu’il soit obligé de partager ses pensées.

Très jolie glorification du plaisir de lire, documentée, dithyrambique qui va à la rencontre des lecteurs de tous horizons pour faire le constat qu’une fois tombé dans l’amour du livre (filles, garçons, de n’importe quelle nationalité, du monde rural ou citadin, …), cette passion de lire devient universelle et uniformément partagée.

(c) Véronique Meynier, le 06/08/2016


Commentaires

Articles les plus lus cette semaine :