Les gens dans l’enveloppe : roman, enquête, chansons / Isabelle Monnin



Les gens dans l’enveloppe : roman, enquête, chansons / Isabelle Monnin. Paris : J.-C. Lattès, 09/2015, 374 p.

Citations extraites du livre sur : http://citations-auteurs.blogspot.fr/2015/10/isabelle-monnin.html



«Je ne sais faire que deux choses : inventer des histoires et des personnages et mener des enquêtes pour retrouver des gens et écouter leur histoire», écrit Isabelle Monnin en préambule de l’enquête.

Ces «gens dans l’enveloppe» ont de la chance. Isabelle Monnin les anime, les met en lumière, avec un joli talent de romancière, et une justesse de journaliste, proche des gens qu’elle aime.

Pour une dizaine d’euros, elle achète 250 photos sur internet et reçoit une enveloppe de polaroids où fillette, père et grands-parents vont l’émouvoir et l’habiter jusqu’à l’accouchement de cet original projet : un roman, une enquête, une mise en perspective musicale réalisée par Alex Beaupain.

Les photos d’une fillette à pull rayé, d’une dizaine d’années, lui semble familière, elle la prénomme Laurence. Elle l’imagine seule avec son père, abandonnée de sa mère, qu’elle recherchera toute sa vie.

Le roman nous entraîne dans l'existence de cette petite fille triste, et en manque d'amour maternel, qui lui manque tant, et qu'elle espère recouvrer en grandissant.

Isabelle Monnin a une plume magique pour rendre le quotidien de SA Laurence palpable et nous faire apercevoir sa peine.

Le lecteur est ensuite entraîné par l’enquête qui suit pour retrouver «Les gens dans l’enveloppe» qui s'avérera émouvante, bienveillante et touchante par la rencontre qui prend au fil des rendez-vous de l’importance des deux côtés.

Enfin, le CD audio joint, écrit et réalisé par Alex Beaupain est touchant, en mettant en musique l'histoire de ces "Gens dans l'enveloppe". Certains ont d'ailleurs accepté d'y chanter, et leur voix, après avoir fait connaissance avec eux, est très touchante.

L’enquête m’a personnellement davantage captivée. Isabelle Monnin est une conteuse et une journaliste sincère, sensible, entière, qui permet de garder une trace de l’existence des gens ordinaires, qu’elle rend rares, précieux.

Attention à ne pas brûler les étapes, à ne pas vouloir écouter le disque avant la fin du livre. Le risque est de ne pas entrer dans la musique puisque les maillons de la chaîne sont manquants. 

Gros coup de cœur pour cette 1ère lecture de l’œuvre d’Isabelle Monnin, dont j’ai hâte de découvrir les précédents romans.

(c) Véronique Meynier, le 02/11/2015

Commentaires

Articles les plus lus cette semaine :